en France entière
 
 
cinema

 
 

Ali (sur Canal + Grand Ecran)

Sortie  le  04/12/2022  

De Michael Man avec Will Smith, Jamie Foxx, Jon Voight, Mario Van Peebles, Ron Silver, Jeffrey Wright et Mykelti Williamson (sur Canal + Grand Ecran les 04, 05 et 08/12)


Arm de son inspiration et de son gnie sportif, dune rvolte intraitable et dune foi profonde, Muhammad Ali a chang jamais le paysage amricain. Ne cdant devant rien ni personne, il a affront la justice, les conventions, lordre tabli et linstitution militaire, tout comme il a fait face aux poings de ses adversaires sur le ring. Ali a dchan et reflt les batailles de son temps et du ntre. Derrire les exploits retentissants dAli, ce film dvoile aussi le cur et la vie du boxeur, la vrit de la lgende, et mieux encore, celle de lhomme. Orateur et danseur, combattant et lutteur, Ali a boulevers le monde.

On peut vous lassurer ds maintenant, vous tes bien en prsence de lun des films les plus marquants, les plus poignants, les plus glorieux mais aussi les plus attendus de l'anne 2002. Vous allez assister la biographie filme de Cassius Clay, devenu Muhammad Ali, lun des plus grands boxeurs de tous les temps. Comme un hommage cet homme illustre, vritablement hors norme, le film raconte son parcours depuis 1964, anne o il devient champion du monde des poids lourds 22 ans en battant Sonny Liston, jusquen 1974 o il reconquiert ce mme titre quil avait gagn 10 ans plus tt. Entre temps, il aura eu le temps de changer de nom, tout en contribuant changer aussi le monde. Si une dcision inique la prive de son titre pendant toute cette priode, cela ne la pas empch de se battre pour le reconqurir cote que cote en affrontant au Zare un boxeur plus jeune et plus fort que lui, George Foreman.
Loin de la reconstitution historique sous la forme dun pangyrique, le ralisateur Michael Man (La forteresse noire, Le 6me sens, Le dernier des Mohicans, Heat, Rvlations) a tourn une partie de la vie dAli en vitant de lidaliser pour ne pas le dpouiller de son humanit. Sans bien sr gommer ses nombreuses inconsquences et erreurs, Michael Man a russit donner en image ce quil y avait en lui de vrai courage et dengagement, cest--dire tout ce quil le mettait au-dessus des autres, la fois comme homme et comme athlte. En cernant au plus prs la vrit sur Ali, le film en dessine un portrait extraordinairement personnel o lon partage avec lui, par exemple, sa dcision de refuser lappel sous les drapeaux, et sa rencontre avec sa premire femme. On assiste son ascension et sa chute de son point de vue lui et de celui de ses amis.
Pour incarner ce dieu sportif, il fallait un acteur la hauteur et cest Will Smith (Men in black 1 et 2, Wild wild west, La lgende de Bagger Vance, Ennemi dtat, Independance day) qui a remport le challenge. Relook comme il se doit, sans moustache, la chevelure lgrement plus afro (par rapport lpoque), le torse et les biceps gonfls grce un entranement intensif, il sest empar de ce rle comme tout athlte qui se respecte, ne vivant que pour celui quil devait reprsenter lcran. La transformation est saisissante, dautant plus que cette mtamorphose fut beaucoup plus profonde pour lacteur. En effet, Will Smith sest prpar ce rle un an avant le dbut du tournage. A part le fait dtre devenu un authentique boxeur, il a acquis les faons de parler dAli, ses tics de langage et ses particularits. Il est entr dans la tte dAli, ce qui est infiniment plus complexe que de grimper sur un ring. Il fallait quil arrive assumer la multitude des personnages qui, tous ensemble, composent Ali : lagitateur, le diplomate, le fanfaron, le rappeur avant la lettre, et bien sr le champion du monde. Il y a de quoi tre pat par sa prestation, surtout quil nest pas doubl dans le film lors des matchs. Michael Man a saisit le personnage dans sa totalit : en voyant Will Smith lcran, on sait ce que pensait Ali sans quil ait besoin douvrir la bouche, on sait aussi quand il tait sincre et quand il ne cherchait qu dstabiliser un adversaire, sur le ring ou en dehors.
Il n'est pas reparti bredouille, comme aux Golden Globes, lors de la remise des Oscars 2003. Les combats sont films dune manire vertigineuse : nous sommes plongs littralement dans chacune des rencontres comme si nous tions sur le ring avec lui. Les premires squences sont magistralement imbriques les unes dans les autres pour nous montrer rapidement ce qui a pouss et prdispos Ali devenir boxeur. Pour le comdien comme pour le ralisateur, cest un film o les protagonistes navaient pas le droit de faire semblant de frapper. Will Smith ne sait pas contenter davoir lair dun boxeur, il a pens en boxeur, mang en boxeur, dormi en boxeur, ragi en boxeur. On voit dans ce film non pas uniquement ses combats mais aussi ses prises de position pour faire respecter la dignit des peuples du monde, quelle que soit leur couleur. Il faut savoir quAli sest battu contre le gouvernement des Etats-Unis, pour pouvoir porter un autre nom que celui de Cassius Clay, la fois contre ceux qui voyaient dans ce nom musulman une menace, et ceux qui y voyaient un moyen de lembrigader. Will Smith retranscrit aussi Ali travers sa foi en Dieu et en lui-mme, ses combats avec ses poings, son sentiment de rvolte vis vis des violences policires et racistes lencontre des luttes non-violentes contre la sgrgation raciale. Will Smith sest littralement identifi Ali, au point de devenir comme lui, la fois drle, insolent, provocateur et passer son temps bousculer les conventions et braver les autorits.
A voir Will Smith, on le croirait placer dans le mme engagement spirituel quAli au moment des faits : il a russit incarner cette forme suprieure de simplicit que dgageait Ali. On a du mal simaginer tout ce que ce boxeur a d sacrifier au nom de ses convictions, comme on a du mal comprendre le combat quil a men ensuite pour reconqurir ce dont on lavait spoli. Ali disait : il faut vivre et mourir en fonction de ce quon croit juste ; cest une ide simple mais ce nest pas une ide facile . Ali a jou un rle capital dans la lutte contre le fanatisme et lintolrance au cours des annes 60 et au dbut des annes 70. Ali, ctait du style et de lnergie ltat pur ! Aussi dmentiel et terrifiant que soit ce projet cinmatographique, Michael Man la rendu aussi exaltant que possible. Il a tourn dans les lieux qui avaient une relation effective avec lhistoire authentique dAli. A travers chaque dcor, il a retrouv lambiance de lhistoire l o elle avait eu lieu. On assiste toute une priode de sa vie : sa salle dentranement, son gymnase, ses lieux de combats, sa maison, la bote branche o il est sorti avec celle qui allait devenir sa premire femme, Harlem o il se promenait avec Malcolm X. Au lieu de tourner les scnes finales Kinshasa au Zare, pour cause de problmes de guerre civile, Michael Man est all Maputo au Mozambique pour filmer le fameux combat avec George Foreman. Cette entreprise ambitieuse, pleine dmotions, de sensibilit et datmosphres, a t un vritable dfi aux lois de la physique, et presque aussi incroyable que la propre histoire dAli.
Comme ce personnage de lgende, connu et aim partout dans le monde, Will Smith a t capable de vanter lcran sa boxe, sa beaut et son inspiration potique. Dailleurs, la russite sportive dAli est largement la hauteur de ses fanfaronnades. Il faut le voir en reprsentation permanente, qui exulte et qui dborde d'humour et d'intelligence, comment il contrle son image, vantant ses propres mrites. Autour de Will Smith, on retrouve quelques pointures dans les seconds rles comme Jamie Foxx (Lenfer du dimanche) en entraneur, Jon Voight (Pearl Harbor, Lara Croft, Mission impossible, Ennemi dtat) en journaliste sportif, le fameux Howard Cosell, Mario Van Peebles (New Jack city) en Malcolm X, Jeffrey Wright (Basquiat, Shaft, Chevauche avec le diable) en photographe, Jada Pinkett Smith (Matrix 2 et 3, Menace II society, Professeur Foldingue) en premire femme dAli, et Mykelti Williamson (Forrest gump, Heat, Les rois du dsert) en organisateur de combat, celui au Zare. Si tout le film repose sur linterprtation et la performance de Will Smith, il ne faut pas oublier tous les autres qui lui donnent la rplique. Bref, un grand film pique, une uvre magistrale comme on voit rarement au cinma, qui saura coup sr trouver en chacun de vous cette fibre sensible et ce ct galvanisant de toute grande destine.

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique