en 
 
 
cinema

 
 

Yesterday

Sortie  le  03/07/2019  

De Danny Boyle avec Lily James, Himesh Patel, Kate McKinnon, Ed Sheeran, Joel Fry, Alexander Arnold, Lamone Morris et James Corden


Hier, tout le monde connaissait les Beatles, mais aujourd’hui seul Jack se souvient de leurs chansons. Il est sur le point de devenir extrêmement célèbre.
Jack Malik est un auteur-compositeur interprète en galère, dont les rêves sont en train de sombrer dans la mer qui borde le petit village où il habite en Angleterre, en dépit des encouragements d’Ellie, sa meilleure amie d’enfance qui n’a jamais cessé de croire en lui. Après un accident avec un bus pendant une étrange panne d’électricité, Jack se réveille dans un monde où il découvre que les Beatles n’ont jamais existé… ce qui va le mettre face à un sérieux cas de conscience.


Ce qui est très pratique avec le cinéma, c’est qu’on peut inventer n’importe quelle histoire et la transposer en images selon le bon vouloir d’un scénariste et/ou réalisateur, capable de nous faire croire aux sujets souvent les plus loufoques, voire les plus invraisemblables, limite les plus improbables qui soient ! Imaginer que, par le plus grand des hasards, les Beatles n’ont jamais existé par un simple tour de passe-passe narratif – un phénoménal bug électrique à l’échelle planétaire de seulement une douzaine de secondes et ce qu’ils ont créé est rayé de la carte, disparu purement et simplement de la nature ! – et donc, penser à l’ouverture des possibles pour un simple mortel qui est le seul à les connaître et qui aimerait lui aussi accéder enfin à la notoriété tant désirée depuis si longtemps au lieu de ramer à jouer pour des anniversaires ou dans des pubs !
Bref, c’est un miracle pour celui qui est capable de chanter toutes les sublimes chansons des Beatles et ainsi la possibilité de voir s’ouvrir toutes les portes de la célébrité internationale et de la reconnaissance mondiale ! Ce pitch de Richard Curtis a été accepté par Danny Boyle, plutôt à l’opposé de ce type de script, et voilà donc comment un « magasinier chantant » va arriver à devenir une rockstar « sur le dos des autres », tout en essayant de gérer au mieux, puisque pris sous la pression et le tourbillon infernal de sa nouvelle vie, à la fois les obligations d’une gloire soudaine et les sentiments amoureux pour une jeune femme qui l’oblige à choisir. Si le plaisir non-dissimulé de réentendre certaines des plus belles compositions du groupe en version acoustique épurée parfaitement interprétée (au piano ou à la guitare) par l’acteur Himesh Patel lui-même (vu dans des séries télévisées) est indéniable, il manque néanmoins comme un petit quelque chose de véritablement originale pour que ce soit une révélation, une « énorme œuvre d’art » !
En effet, comment ne pas penser au film français Jean-Philippe, avec Johnny Hallyday en personne mais lui aussi cette fois totalement inconnu dans un monde parallèle, basé sur à peu près le même synopsis ? La seule personne vraiment connus ici est le chanteur et compositeur Ed Sherran qui joue plus ou moins son propre rôle (une sorte de dénicheur et de coach), prêtant sa prestance et un peu sa voix à cette romance évidente pour ne pas dire attendue (le scénariste Richard Curtis est passé par là : souvenez-vous notamment de 4 mariages et un enterrement ?), déguisée en fausse-bonne idée autour de la notoriété sur fond de mensonge et d’opportunisme, d’imposture et de clairvoyance.
En résumé, un remake à la sauce britannique « facile » et quelque peu moralisateur sur les bords qui fera sûrement plaisir aux fans d’amourette à l’anglaise mais qui ne révolutionnera pas le genre « pop », même à coups d’un concert final prévisible, d’une apparition de John Lennon vieilli ( !!) et d’une possibilité qu’un jour toutes leurs compositions soient mises en ligne gratuitement (de quoi tuer la création musicale à venir, c’est sûr !)....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique