en 
 
 
cinema

 
 

Sans un bruit 2

Sortie  le  12/08/2020  

De John Krasinski avec Emily Blunt, Noah Jupe, Millicent Simmonds, Cillian Murphy, Djimon Hounsou, Okieriete Onaodowan, Blake DeLong et John Krasinski


Après les événements mortels survenus dans sa maison, la famille Abbot doit faire face au danger du monde extérieur. Pour survivre, ils doivent se battre en silence. Forcés à s’aventurer en terrain inconnu, ils réalisent que les créatures qui attaquent au moindre son ne sont pas la seule menace qui se dresse sur leur chemin.

Dans le précédent épisode, Emily Blunt dégommait comme il se doit un « intrus » aux oreilles particulièrement sensibles qui avait eu la mauvaise idée d’entrer chez elle sans qu’il y soit invité : que cela ne tienne, il en sera de même dans ce 2ème volet, toujours avec autant de détermination que de haine bien chevillées au corps envers ces envahisseurs plutôt voraces, à l’ouïe fine et à l’aspect répugnant ! Elle rempile pour le meilleur et surtout pour le pire avec d’autant plus de ténacité, de sang-froid et de résolution que son mari – joué ici par le réalisateur lui-même qui fait cette fois une assez brève apparition (et pour cause !) lors du 1er jour de l’invasion d’extraterrestres - et son plus jeune fils sont déjà morts. Puisqu’il ne lui reste que 3 enfants (dont un bébé) – ah, la sacrée maman ! -, elle va essayer de ne pas en perdre à nouveau un(e) en route et leur trouver si possible un nouveau refuge sécurisé, voire un « havre de paix » aussi douillet que possible comme auparavant.
Et nous voilà catapulté au 474ème jour alors que ces créatures immondes sont toujours bel et bien là, plus affamées que jamais ! Si on les voit beaucoup mieux et plus souvent que dans le film de 2018, c’est qu’on les voit évoluer maintenant en plein air, « gambadant » dans la journée à la recherche du moindre son qui pourrait les attirer manu militari vers leurs futures proies. Pas de quartier, beaucoup vont y passer ! La tension est (omni)présente et parfaitement maintenue sans l’ombre d’une baisse de régime (on est surpris à sursauter parfois), l’histoire se recentrant à la fois sur la mère, sa fille (formidable Millicent Simmonds, vue dans le 1er chapitre et dans Le musée des merveilles !) et un nouveau venu, père de famille seul et de surcroît veuf (sous les traits de Cillian Murphy, déjà abonné aux films apocalyptiques avec 28 jours plus tard et un peu moins lâche que dans Dunkerque de Christopher Nolan !).
Et le moyen d’en découdre avec eux, de les tuer ou, du moins, d’essayer de les repousser ? Toujours avoir la bonne fréquence sur soi et du larsen à revendre : il faut que l’affaire se conclut sur une belle note de musique on ne peut plus « mortelle », n’est-ce pas ! En résumé, une suite qui se tient, qui n’a pas à rougir (sauf lorsqu’il s’agit de sang) de son n°2 et qui devrait remporter aisément le même succès que le 1er (336 millions de recettes pour 17 millions de budget)...

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique