en 
 
 
cinema

 
 

100% loup

Sortie  le  15/12/2020  

De Alexs Stardermann avec les voix de Akmal Saleh, Alexs Stardemann...


Freddy Lupin et sa famille cachent depuis des siècles un grand secret. Le jour, ils sont des humains ordinaires. Mais dès la tombée de la nuit, ils deviennent des loups-garous ! Le jour de son quatorzième anniversaire, Freddy s’attend à se transformer en loup-garou pour la première fois. Mais le soir de son initiation, rien ne se déroule comme prévu et le voilà qui devient … un mignon petit caniche rose au caractère bien trempé. Sacrilège pour sa famille ! Freddy n’a plus désormais qu’un objectif : démontrer qu’il est bel et bien 100% Loup !

Ce qui frappe rapidement, dès les premières minutes de ce film d’animation, c’est le rythme trépidant, l’action à quasiment chaque scène, sans oublier de l’émotion et de l’humour autant pour jeunes que pour adultes (des références et autres clins d’œil ici et là). Bref, ça ne manque effectivement pas de piquant pendant 1h30 pour le plaisir des petits et des grands. Cette adaptation cinématographique d’un livre à succès destiné à la jeunesse australienne (élu en Australie meilleur livre pour enfants recommandé par les parents en 2009), intitulé 100% Wolf et écrit par l’écrivaine Jayne Lyons, n’est franchement pas dépourvue d’atouts en cette période d’Halloween qui rivalise de sorties plus ou moins sur la même thématique.
Il est vrai que cette histoire de loup-garou plutôt gentils et serviables – ils viennent en aide aux gens surtout la nuit – n’a, à proprement parlé, rien d’angoissant ni d’effrayant, pas de quoi faire peur même aux plus petits, d’autant que les personnages sont plutôt dessinés de façon simple, ronde et avenante, et malgré le fait qu’ils se transforment en lycanthrope surdimensionné. Le héros a beau être un ado turbulent qui se veut émancipé voire un peu tête brûlée sur les bords, il ne dévoile que de bons sentiments d’amitié envers les autres, notamment le reste de sa famille, meute de très grands hurleurs, ainsi que vis-à-vis de ses nouveaux amis canins toute taille confondue, « cabots » comme ce n’est pas permis, qui vont forcément lui donner un coup de main, pardon, de patte pour se sortir d’un mauvais pas – patte - après une métamorphose en irrésistible « Punky un brin rosée » qui a foiré lamentablement !
Si on pense à un autre dessin animé sorti récemment, Royal corgi en 2019, de par certaines similitudes scénaristiques (le fantastique en moins), il faut reconnaître que cette réalisation d’Alexs Stadermann (on lui doit déjà Maya l’abeille 1 & 2, Le roi lion 3 et Vic le viking en format grand écran) est particulièrement réussie, grâce à son sens narratif et expressif bien développé, n’omettant pas de placer des rebondissements inattendus (un soi-disant méchant parfaitement bien allumé) et des passages « hilarants » qui vous feront peut-être « hurler » de rire (et pas seulement le soir, au clair de – la pierre de - lune)....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique