en 
 
 
cinema

 
 

The singing club (uniquement sur Canal + à 21h)

Sortie  le  09/12/2020  

De Peter Cattaneo avec Kristin Scott Thomas, Sharon Horgan, Jason Fleyming, Greg Wise, Emma Lowndes, Gaby French et Lara Rossi


Yorkshire, 2011. Les soldats de la garnison de Flitcroft sont envoyés en mission à l’étranger. Pour tromper leurs angoisses, leurs compagnes décident de créer une chorale. Elle est dirigée par l’austère mais surprenante Kate Barclay, épouse du colonel. Soudées par une envie commune de faire swinguer leur quotidien, Kate, Laura, Annie et les autres porteront leur " Singing Club " jusqu’au Royal Albert Hall pour un concert inoubliable.

«...La vie, c’est plus marrant, c’est moins désespérant en chantant.... » nous interprétait Michel Sardou en 1978 : voilà un refrain qui pourrait très bien convenir à ce film « chorale » amateur et pour cause ! D’un simple fait-divers somme toute assez banal - inspiré d’une histoire vraie -, le réalisateur anglais Peter Cattaneo nous a concocté une comédie douce-amère sur un fond musical en forme de panacée sans équivoque, passant de protagonistes principalement hommes et chômeurs dans son cultissime The full monty, à cette fois des personnages essentiellement féminins et mères pour la plupart. Au lieu de se dérouler dans une ville sinistrée du Yorkshire, c’est au tour d’une base militaire, toujours situé dans la même région de Grande-Bretagne, de servir de décors « authentiques » à l’existence de ces femmes de gradés ou non, en quête d’un peu d’activités dites variées pour tuer le temps en attendant le retour de mission de leurs chers maris.
Quoi de plus naturel que d’essayer d’occuper l’esprit de ses dames et donc de plus « simple » que de les impliquer dans diverses occupations « salutaires » et notamment à travers le chant, d’autant que le profil de ses charmantes épouses est assez prévisible, symptomatique des films composés en « bandes (sonores) » affichées hétéroclites, improbables et contrastées, toutes en contraire. Il y a ici la froide stricte, pète-sec guindée un brin autoritaire, qui donne des conseils tout en dénigrant et critiquant (formidable Kristin Scott Thomas qui porte la majeure partie du film sur ses épaules !), la spontanée effrontée à la « cool » attitude (l’irlandaise Sharon Horgan, vue notamment dans Man up, Game night et dans des séries télévisées), ainsi que la nouvelle venue fraîchement débarquée dans ce camp, la boulotte timide à la voix magnifique, la « black » (de service) qui se la joue décontractée, etc...En résumé, les intervenantes « hautes en couleur » sont au rendez-vous d’une manière fort heureusement pas trop clichée, tour à tour attachante, touchante, sincère et même un peu émouvante !
Côté timbre vocal, on passe de tessitures aussi différentes que sopranos, altos et mezzos. Au point de vue organisation, ça se gère tant bien que mal entre répétitions, fusions et affinages mais « ça ne s’improvise pas », du moins, c’est ce qu’on cherche à nous faire croire. Et en ce qui concerne les choix musicaux, on va de la pop au rock (avec un très léger classique au passage), bref, de Cat Stevens à The Human League, de Tears for Fears à Yazoo, de Cyndi Lauper à Eminem, et de Dido aux Pointer Sisters. Le concert final, certes attendu depuis longtemps, est un petit « bouquet » sonore certes consensuel mais à la fois honnête, cohérent, spontané, sensible et plein d’humilité, tout en soutien pour les troupes partis « au front afghan ». Pas de véritable surprise à l’arrivée mais néanmoins un « feel good movie » léger, sage et bienveillant, réglé comme du papier à musique (forcément !), à la recette scénaristique déjà employée avec succès précédemment, et à la bonne humeur générale – pas colonel pour un sou ! – communicative, doublée d’une BO aussi passionnante que nostalgique, emprunte du meilleur des années 80.....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique