en 
 
 
cinema

 
 

Wild men

Sortie  le  16/02/2022  

De Thomas Daneskov avec Rasmus Bjerg, Zaki Youssef, Bjorn Sundquist, Sofie Grabol, Marco Ilso et Hàkon T.Nielsen


Martin, en route pour un séminaire, décide dans un moment de folie de tout quitter et d’aller vivre comme ses ancêtres il y a des milliers d'années, avant que les supermarchés et smartphones ne viennent tout gâcher.
Sa route croisera celle de Musa, un fugitif blessé, recherché par les autorités mais aussi par ses anciens complices. Leur odyssée les mènera aux confins de la forêt norvégienne, à la rencontre de policiers désœuvrés, de vikings, d’un lapin épris de liberté, et de truands éclopés.


Ah, si nous pouvions revenir en arrière, revivre à l’âge de pierre et oublier « un peu » toute cette satanée technologie qui soi-disant nous « pourrie » tellement la vie : facile à dire mais plus difficile à réaliser, sans de temps à autre un petit coup de pouce au passage pour aider au bon fonctionnement de cette nouvelle existence dite sauvage ! Notre héros débonnaire d’origine danoise, en pleine crise de la quarantaine, en a marre de tout (« la belle vie me gonfle ») et a besoin d’aventures comme de grands espaces. Raison de plus pour aller s’installer en pleine nature, dans les bois et les montagnes bien loin de chez lui (une immense forêt en Norvège), s’habiller avec des peaux de bêtes (mais sans oublier de mettre en dessous un grand thermolactyl bien chaud !) et chasser ce qu’il trouve à sa portée pour se sustenter (à l’aide d’un arc et de flèches plus ou moins « préhistoriques ».
Faut-il avoir perdu la tête ou bien être devenu fou pour réagir de la sorte, pour tout quitter et laisser tomber femme, enfants et les « petits plus » de notre si douce existence ? C’est à croire mais notre sans-abri « viking » et de surcroît ermite ne sera pas au bout de ses peines. lorsque la civilisation cognera à sa « porte » (de tente) sous les traits d’un voyou en fuite. Ni quand la police locale s’en mêlera (des gendarmes assez incompétents) et encore moins si des adultes, déguisés façon moyenâgeuse, décident de mettre leur grain de sel dans l’histoire.
D’ailleurs, parlons-en de ce scénario à la fois aberrant et abracadabrant, plutôt assez désuet autant dans sa forme que dans son fond, gentiment bébête et sérieusement ridicule sur les bords, aussi lent que mou et pas toujours drôle malheureusement (quelques rares rires très discrets dans la salle). La réalité du terrain dans cette si belle nature aurait pu être plus exploitée que les errements stupides de ces gaillards pas plus cérébrés que la chèvre qu’ils ont tué et mangé, ou pas plus réfléchis que ce couple s’engueulant et se faisant piquer leur bagnole pour excès d’altruisme patenté…

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique