en 
 
 
cinema

 
 

Ted (sur Ciné + Emotion)

Sortie  le  02/08/2024  

De Seth MacFarlane avec Mark Wahlberg, Mila Kunis, Seth MacFarlane, Giovanni Ribisi, Laura Vandervoort, Joel McHale, Jessica Stroup, Patrick Warburton et Melissa Ordway (les 02 et 06/08)


A 8 ans, le petit John Bennett fit le vœu que son ours en peluche de Noël s’anime et devienne son meilleur ami pour la vie, et il vit son vœu exaucé.
Presque 30 ans plus tard, l’histoire n’a plus vraiment les allures d’un conte de Noël. L’omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur sa relation amoureuse avec Lori. Bien que patiente, Lori voit en cette amitié exclusive, consistant principalement à boire des bières et fumer de l’herbe devant des programmes télé plus ringards les uns que les autres, un handicap pour John qui le confine à l’enfance, l’empêche de réussir professionnellement et de réellement s’investir dans leur couple.
Déchiré entre son amour pour Lori et sa loyauté envers Ted, John lutte pour devenir enfin un homme, un vrai !


Ne vous fiez surtout pas à cette affiche « bas de gamme » (voir ci-dessus), comme d’ailleurs bon nombre de celles que l’on peut « admirer » devant un cinéma, qui pourrait bien vous faire penser irrémédiablement à l’une de ces nombreuses comédies un peu niaises pour ados boutonneux que nous envoient (bien trop) souvent les américains ! On pourrait vite passer son chemin et aller « se taper » autre chose si un petit détail en particulier n’attirait notre attention, celui de la présence d’un ours en peluche trinquant avec l’un des personnages principaux du film.
Et pourtant, cette image, sans véritable effet aux premiers abords mais on ne peut plus explicite quand à son contenu, résume parfaitement l’histoire, celle d’un homme paumé de 35 ans qui doit apprendre à grandir, à évoluer et à assurer, bref, à devenir adulte sans l’assistance d’un nounours…vivant, à la vanne facile, peu fréquentable, adepte de la fumette et parlant véritablement comme un chartier. D’ailleurs, dans le même genre scénaristique, il y a déjà eu un autre prénom, celui de Paul, un extraterrestre à la langue bien pendue qui sévissait à l’écran l’année dernière !
En voyant ce film quelque peu barré, on n’est pas très loin de penser aux productions de Judd Apatow (40 ans toujours puceau, Sans Sarah rien ne va, En cloque mode d’emploi, Délire express, et dernièrement Mes meilleures amies) qui possédent la même veine humoristique, voire comique pour ne pas dire caustique, que celle-ci, sauf que c’est le réalisateur, scénariste et producteur Seth MacFarlane (la série en animation intitulée Les Grffin) qui a manigancé tout cela, se payant même le luxe de prêter sa voix à l’ours Ted. Et là, c’est un véritable déluge de dialogues, de réparties et de jeux de mots croustillants à ne rater son aucun prétexte assurément, dont certains font références aux années 70 et 80, en un mot, au monde caricatural des geeks. Comme cible privilégiée, on ne peut pas faire plus « taré », et cela à grands renforts entre autres de musiques de célèbres génériques (Star Wars et K2000 en sonneries de téléphones) et de Flash Gordon (au sens propre – l’acteur Sam Jones en chair et en os – comme au sens figuré – avec quelques extraits de cette série télévisée adaptée au cinéma -).
Vous l’aurez vite compris, cette réalisation pour « adulescents » confirmés, très « sérieux s’abstenir » et pas banale pour 2 sous, est à prendre au 2ème degré, avec des effets spéciaux fort réussis (notamment l’animation de Ted), la participation assez décontractée de la chanteuse Norah Jones (qui s’autoparodie légèrement ici), et un casting d’acteurs plutôt convaincant (comme Mark Walhberg que l’on n’imaginait pas trop dans ce type de long métrage), même s’ils se font presque tous éclipser par cet adorable nounours qui parle constamment de cul sans l’ombre d’un regret ! En résumé, voilà l’une des petites bouffées d’air salvatrices de la rentrée…..

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique