en 
 
 
cinema

 
 

Nos pires voisins 2 (sur Ciné + Emotion)

Sortie  le  05/07/2024  

De Nicholas Stoller avec Seth Rogen, Zac Efron, Rose Byrne, Chloé Grace Moretz, Kiersey Clemons, Selena Gomez, Dave Franco, Lisa Kudrow et Ike Barinholtz


Mac et Kelly Radner, pour l’arrivée de leur 2ème enfant, sont enfin prêts à franchir l’étape ultime vers la vie adulte et déménager en banlieue. Mais alors qu’ils mettent tout en œuvre pour vendre leur maison, une sororité d’étudiantes décomplexées succède à l’ancienne fraternité de Teddy, les surpassant largement en termes de débauche et tapage nocturne.
Les jeunes filles de Kapa Nu, Shelby flanquée de ses comparses, Beth et Nora, lassées du sexisme et de la rigidité du système universitaire, ont décidé de faire de leur QG l’antre de la contestation et de la liberté néo-féministe. Et le fait que ce soit au cœur d’un quartier calme et résidentiel ne les en empêchera pas. Mac et Kelly avec l’aide de leurs amis Jimmy et Paula, vont transformer leur ancien ennemi juré Teddy, avec son charme et ses coups fourrés, en arme secrète.
Sa mission : infiltrer la sororité, la conquérir pour mieux la diviser, la détruire, pour la forcer à déménager. Mais c’est mal connaître les ressources aussi créatives qu’implacables de cette bande déchainée d’amazones du XXIe siècle.


Aïe, aïe, aïe, ils reviennent comme précédemment, presque tous au grand complet – et aussi, voire encore plus bêtes que dans le 1er volet ! - puisque cette fois, ce ne sont plus les mecs qui organisent et assurent les fêtes « d’à côté » mais bel et bien des filles qui se sont installées au même endroit et qui gèrent des mégas « teufs » beaucoup plus décalées et déjantées qu’eux. En effet, ces jeunes furies d’à peine 18 ans ont décidé de rivaliser avec la gente masculine, bien trop sexiste à leur goût, au point de franchir un cap difficilement atteint jusqu’à aujourd’hui ! Et comme toute midinette qui se respecte, l’abusif est au rendez-vous, encore plus excessif, crade et vulgaire (tel qu’un lancé de tampons périodiques usagés) qu’auparavant : c’est vous dire le niveau abordé cette fois-ci par ces « Nanas » !
Pas de place donc pour les mecs au sein de cette fraternité de jouvencelles enragées, pas même le rôle interprété par le « bogoss » de service Zac Efron (Paperboy ; We are your friends ; Dirty papy), à peine grandi (il s’autocritique en pleurant) et pas plus évolué que dans le 1er épisode (alors qu’il veut se sentir valoriser, le pauvre !), sensé les coacher mais rapidement viré comme un mal propre (« je me suis trompé de camp ») et cela malgré les très nombreuses fois où il se retrouve torse nu devant elles ! De leur côté, cette bande de nénettes n’est pas mieux lotie, encore des gamines plus sottes et puériles les unes que les autres (avec les expressions faciales bien soulignées qui vont avec !), en l’occurrence la donzelle jouée par Chloé Grace Moretz (Kick-ass 1 & 2 ; Hugo Cabret ; Dark shadows ; Carrie – la vengeance ; Sils Maria ; La 5ème vague), la nouvelle coqueluche d’Hollywood pas vraiment à sa place ici et surtout mauvaise comme ce n’est pas permis à l’écran !
Bref, vous l’aurez vite compris mais soyez quand même prévenu, c’est du laborieux - et du lourd(ingue) aussi ! - auquel vous êtes convié, avec toujours les mêmes voisins dans la peau des « vilains » (le couple Rose Byrne et Seth Rogen, les éternels pitres pour ne pas dire les perpétuels crétins de service !), les mêmes gags éculés, redondants et pas drôles (sur fond de gros clins d’œil aux « Minions »), et le quasi même scénario aussi peu approfondi que le 1er chapitre d’ailleurs (ça commence pareil et ça se poursuit dans la même veine narrative). Le n°1 a beau avoir eu du succès surtout outre-Atlantique, il n’y aura encore, sans aucun doute possible, que les « geeks » et autres inconditionnels du genre – des décérébrés à forte tendance régressive – pour aller voir cette daube, pardon, cette suite ou, si vous préférez, ces « pires voisines » avec toujours le même réalisateur, Nicholas Stoller (Sans Sarah rien ne va ; American trio ; 5 ans de réflexion), derrière la caméra....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique