en 
 
 
cinema

 
 

Lion

Sortie  le  22/02/2017  

De Garth Davis avec Dev Patel, Nicole Kidman, David Wenham, Rooney Mara, Nawazuddin Siddiqui, Aditya Roy Kapoor et Tannishtha Chatterjee


Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens.
25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village.
Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?


L’exemple type et assuré du film tire-larmes dans toute sa splendeur mais toutefois de la manière la plus sincère et la plus efficace qui soit ! Pas besoin de (vous) faire un grand dessin ni un long discours, ça a été adapté sur grand écran à partir d’une véritable (més)aventure qui a duré plus de 25 ans, c’est ni glauque ni violent malgré la présence assez furtive d’un couple de Thénardier version indienne, et ça fait irrémédiablement penser à Slumdog millionnaire, long métrage à succès signé par Danny Boyle et sorti en 2008, d’autant que le récit se déroule dans le même pays, que toute la 1ère partie se déroule dans plusieurs coins déshérités et pour le moins misérables de l’Inde, et que le protagoniste principal, débrouillard et particulièrement instinctif, a une bonne tête à faire craquer n’importe qui.
Fort de ce constat, on ne peut qu’acquiescer devant l’histoire de ce très jeune garçon perdu à 1600 km de chez lui, ne parlant que le Bengali alors que Calcutta emploie l’Indi, au beau milieu d’un pays de presque un milliard d’habitants, évitant in extremis les ennuis on ne peut plus douteux, et se retrouvant « parachuter » au pays des kangourous chez un couple sans enfant vivant en Tasmanie. D’ailleurs, sa nouvelle « maman » est interprétée par une Nicole Kidman sobre et toute en retenue, rousse comme sa couleur de cheveux naturelle, la seule actrice australienne qui puisse « encore » jouer la même femme sur ¼ de siècle à l’image sans changer physiquement d’un iota ! D’un seul coup, arrivé à l’âge adulte et devenant de plus en plus obsédé par ses origines dont il se souvient à peine, il décide de partir à la recherche des siens dont il n’a eu aucune nouvelle durant toutes ces années, simplement aidé de quelques vagues souvenirs et de Google Earth (au passage, quel coup de pub !).
On a beau avoir la nette impression que tout cela est quelque peu édulcoré, voire belet bien romancé à plus d’un titre, il faut reconnaître que le casting est poignant, émouvant et touchant, surtout le petit Sunny Pawar puis le grand Dev Patel (vu dans Slumdog millionaire - tiens, justement ! - et Chappie) totalement habités par leur rôle principal respectivement à 2 moments particuliers, et Rooney Mara (présente dans Her, Les amants du Texas, Carol et Pan) au visage si expressif qu’elle émeut ; que les prises de vue sont de toute beauté (ne ratez surtout pas le générique de début d’une incroyable splendeur !), un moyen comme un autre de faire ressortir toute l’immensité d’une telle contrée ; et que la BO est aussi classieuse qu’envoûtante. Bref, pour une 1ère réalisation, c’est plutôt convaincant, tout à fait passionnant et assez bien réussi (Garth Davis a travaillé essentiellement sur des séries télévisées comme Top of the lake avec une autre célèbre australienne, Jane Campion)....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique