en 
 
 
cinema
Musique concerts festival actu   > sorties <

 
 

Lamb : The secret of lefting go

le  26/04/2019   chez Cooking Vinyl





Pourquoi s’appeler Lamb alors qu’on n’a vraiment rien d’un agneau autant dans sa façon de bêler, pardon, de chanter que de composer ? A croire que le joli filet vocal de l’un des 2 protagonistes de ce groupe anglais originaire de Manchester, en l’occurrence Lou Rhodes, pourrait être comparé à ce doux et gentil animal mais ce serait limiter grandement toutes les nuances de chants et toutes les capacités de vocalises de cette dernière, nous faisant irrémédiablement penser à celles non moins célèbres de l’australienne Lisa Gerrard (Dead Can Dance), de l’irlandaise Enya, de l’américaine Jennifer Rush ou bien encore de la canadienne Sarah McLachlan (mais dans un tout autre registre).
Belle entrée en matière que ces quelques prestigieuses comparaisons quand on pense ou, plutôt, quand on sait que les 2 membres de cette formation élégante font souvent cavalier seul chacun de leur côté à travers plusieurs pauses assez longues depuis leur formation au milieu des années 90 : la première en tant que chanteuse solo à travers quelques albums personnels et le second, Andy Barlow, dans la production d’autres artistes. Les voilà donc enfin réunis pour un 7ème opus studio de 11 titres tout en harmonie et en délicatesse qui fleurent bon à la fois les années new-waveuses emblématiques et celles actuelles pour son côté électro/pop hypnotique.
A part 3 ou 4 morceaux du style ballades traditionnelles, soient cadencées (Armageddon waits – le 1er single -), soient mélancoliques (Imperial measures – avec un piano acoustique - ; The silence in between – avec cette fois des violons -), soient alors virant à l’instrumental percutant de façon crescendo (Deep delirium), le reste n’est qu’exercice de style en tout genre (One hand clapping – avec une chorale très religieuse -) mais de toute beauté (Phosphorous), électro sensible (Illumina), entêtant (Moonshine) ou vibrant (The secret of lefting go), expérimentation syncopée sur fond de déraillement strident et de voix trafiquée (Bulletproof), et ambiance ténébreuse aussi triste que prenante (The other shore). Bref, de quoi en envoûter plus d’un(e) à l’écoute de ces envolées lyriques tour à tour planantes et haut perchées, ainsi que de ces ambiances minimalistes délicates...

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique