en 
 
 
cinema
Musique concerts festival actu   > sorties <

 
 

Royal Republic : Club Majesty

le  31/05/2019   chez Arising Empire/Nuclear Bast





On les croyait anglais, ils sont en fait suédois ! On pensait qu’ils nous proposaient de la pop tendance disco, ils nous offrent plutôt du garage bel et bien rock indé ! On les avait vraiment découvert il y a de cela 3 ans avec leur précédent album, Weekend Man sorti en 2016, ils en sont aujourd’hui à leur 4ème studio et ça ne semble pas vouloir s’arrêter en si bon chemin ! Bref, le groupe Royal Republic débarque là où on ne l’attend pas forcément et cette fois, c’est encore plus tonique, effronté, dansant, entraînant, funky, tonitruant et même distordant qu’auparavant, dans la droite lignée de formations telles que par exemple Dr Feelgood, Franz Ferdinand à leurs débuts ou bien les Sparks mais en plus relevé, avec ici et là une petite pointe à la Mika.
11 titres qui déboulent rapidement à une vitesse quelque peu diabolique (Bulldog – un délire du style punk dératé -) limite infernale (Stop movin’), pleins de riffs à la fois cadencés (Can’t fight the disco) et sautillants (Flower power madness), de rythmes enlevés (Blunt force trauma) et de tempos secoués (Fireman & dancer – le 1er single -) pour ne pas dire pétaradant (Anne Leigh) ou percutants avec un côté épileptique (Fortune favors), d’ambiances un peu foutraques (Boomerang) ou bien légèrement décalées (Under cover), façon ballade trainante aussi syncopée qu’appuyée (Like a lover).
C’est toujours un réel plaisir que d’écouter ce quatuor détonnant, frénétique, débridé, sexy et foncièrement joueur qui semble ne rien vouloir prendre (très) au sérieux, ni leur musique mélodieuse d’une folle gaîté, d’une festivité à toute épreuve et d’un emportement certain, ni leur manière d’interpréter ces chansons d’un ton toujours léger, souvent espiègle, parfois grave et rarement modulé, sur fond de beaux chœurs d’antan. Voilà donc du rock en pleine forme, à la fois soigné, électrisant, tenu, débordant et irrésistiblement efficace, qui devrait rapidement et (as)surement faire encore plus d’émules de par ce vaste monde si, par chance, ils passaient du côté de chez vous (en concert le 3 novembre : La Roche sur Yon / Fuzz'Yon, le 5 novembre : Lyon / CCO, et le 10 décembre : Paris / Elysée Montmartre)...

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique