en 
 
 
cinema
Musique concerts festival actu   > sorties <

 
 

- documentaire : Johnny par Laeticia William Karel avec Johnny Hallyday et Laeticia (sur M6)

le  05/12/2022   chez M6



Pendant 20 ans, Laeticia et Johnny ont filmé leur vie, comme un journal intime.
A l’occasion des 5 ans de la mort de l’idole des Français, ces images totalement inédites vont être dévoilées dans un documentaire exceptionnel.
Un film dans lequel Laeticia va se livrer comme jamais elle ne l’a fait sur le grand amour de sa vie.


Il est certain voire indéniable que ce documentaire sur Johnny Hallyday, sous forme de magazine intime d’1h40, va être l’un des évènements majeurs de cette fin d’année. Pensez donc, que des images d’archives privées jamais diffusées, pour la plupart très personnelles et rarement montrés auparavant (« une malle aux trésors »), sans oublier des interviews inédits autant de sa femme Laéticia que de son manager Jean-Claude Camus ou de son ami écrivain Daniel Rondeau, autour de la regrettée rock-star française la plus (re)connue ! C’était le meilleur moyen de lui redonner vie sous un angle bien différent des autres reportages déjà proposés sur l’artiste et produits le plus souvent sans l’accord de sa veuve.
En effet, à travers les images, c’est un peu comme s’il était encore là ! On le voit ici en mari tendre (23 ans de vie commune, c’est-à-dire jusqu’à sa disparition) et père de famille émouvant (papa de ses 2 dernières filles, Jade et de Joy, toutes deux adoptées au Vietnam) : avec elles, « il a fait tout ce qu’il n’avait pas pu faire avec ses autres enfants, David et Laura ». Grâce aux confidences et autres révélations de son épouse, on (re)découvre toutes les facettes - les hauts comme les bas - de Johnny, des instants pour certains jamais vus ni entendus, tel que son addiction à l’alcool comme aux drogues, ses tentatives de suicide, leurs multiples séparations pour cause d’infidélité, sa souffrance devant ses représentations caricaturales aux Guignols de l’info sur Canal +, ses descentes au enfer où il se faisait du mal pour mieux renaître ensuite (« J’ai vécu ses démons au quotidien »). Il est aussi question de (re)voir certains passages de ses concerts, notamment ceux de Las Vegas, au Stade de France, lors de sa tournée des Vieilles Canailles, sans oublier sa prestation très « rock’n’roll » dans l’école française de Jade située à Los Angeles.
Dans ce documentaire assez proche d’une thérapie et riche en émotions, à la fois émouvant, sobre, plein de tact et d’esprit (on le voit même chanter du Brassens et faire le clown avec Patrick Bruel ou bien avec Eddy Mitchell), on parle également de ses doutes (de sa trouille, de son trac, de son désespoir, de son cafard et de sa solitude), son obsession de ne pas pouvoir lui donner l’enfant qu’elle voulait, de sa mère qu’ils ont accueilli chez eux pendant 3 ans (jusqu’à sa mort), de ses 2 cancers (l’un du colon, l’autre des poumons), de sa dépression (il a eu très peur de perdre sa voix après sa sortie d’un coma artificiel). Laéticia se dévoile un peu, racontant sa rencontre avec l’idole des jeunes, elle, une gamine frissonnante qui ne connaissait rien de la vie trépidante menée à 200 à l’heure par le Taulier, ses prises de décisions comme ses initiatives dans les moments les plus délicats et cruciaux de l’existence de son homme, ainsi que le ménage qu’elle a fait parmi ses amis.
Tout ici est restitué avec beaucoup de sobriété et de talent sans être pour autant un portrait complaisant, grâce à son réalisateur, William Karel (reporter-photographe et documentariste – il a travaillé sur les coulisses du pouvoir politique en France et aux Etats-Unis, mais aussi sur ses films consacrés à Maurice Pialat -, obtenant un César du meilleur film documentaire en 1995) qui, en 3 mois, a visionné et dérushé près de 700 heures d’archives appartenant au couple (les vidéos faites vont jusqu’à l’enregistrement de son ultime album et aux derniers moments conviviaux passés chez lui à Mantes-la-Jolie). Ce projet exceptionnel porté par Laéticia et le travail fourni à l’arrivée, valent vraiment le détour : les images présentées vont assurément marquées à tout jamais l’esprit des spectateurs, ainsi que la ferveur des fans qui elle n’est pas prête de retomber, loin de là !



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique