en 
 
 
cinema
Musique concerts festival actu   > sorties <

 
 

Tout nous sépare

le  08/11/2017  

De Thierry Klifa avec Catherine Deneuve, Diane Kruger, Nicolas Duvauchelle, Ken Samaras (alias Nekfeu), Sébastien Houbani, Michaël Cohen et Olivier Loustau


Une maison bourgeoise au milieu de nulle part. Une cité à Sète. Une mère et sa fille. Deux amis d’enfance. Une disparition. Un chantage. La confrontation de deux mondes.

Ce n’est pas tous les jours que vous verrez Catherine Deneuve jouer dans un film de « Kaïra », confrontée à des voyous qui (lui) parlent mal (d’ailleurs, Nicolas Duvauchelle semble s’en donner à cœur-joie avec elle !), des petites frappes brutales qui « se la jouent » (comme d’habitude en pareil cas !), bref, des truands dealers et armés qui font la loi dans le Sud-ouest de la France. En tout cas, elle reste forte et protectrice en n’importe quelle situation, fumant toujours autant à l’écran sauf qu’elle prend le volant !
Par-dessus le marché, elle n’a pas de chance dans ce drame, la pauvre, puisqu’elle « hérite d’une fille quelque peu infirme, à l’approche facile (elle « baise » à tout va !) et héroïnomane (Diane Kruger qui prend parfois l’accent allemand), ainsi que d’un « sale type » affectueux, pleurnichard, tout repentant, certes à la fibre artistique naissante mais aux fréquentations douteuses (interprété par le rappeur Nekfeu qui fait ici ses premiers pas devant la caméra en tant que faux dur à la sensibilité à fleur de peau). Et pour bien se rappeler qui elle est – et a été -, on a le droit furtivement à une photo d’elle jeune (un rappel au bon souvenir !), et d’une sorte de remake à la Jean Gabin dans La horse (sorti en 1969) avec, à la main, un « vieux fusil » telle une guerrière (un peu comme Philippe Noiret dans ce film-là !).
Un beau casting plutôt alléchant, un réalisateur qui a fait ses preuves (Thierry Klifa : Une vie à t’attendre ; Le héros de la famille – avec déjà Catherine Deneuve ! - ; Les yeux de sa mère – avec déjà Nicolas Duvauchelle et encore Catherine Deneuve ! -), un coproducteur inattendu (Kev Adams !!), sans oublier de la tension, de la noirceur, de la violence limite triviale (parfois gratuite : un combat de chiens qui s’éternise !), des « galères » en-veux-tu-en-voilà du style « on doit réparer ces conneries » (maintes fois dépeintes au cinéma), une certaine lenteur ambiante, ne font malheureusement pas un bon thriller aussi prestigieux soit-il et même avec une photo pareille (des paysages plutôt lumineux, presque blancs).« Jamais promettre, jamais décevoir », comme le dit si bien Diane Kruger dans le film, pourrait bien se retourner contre le metteur en scène lui-même.
En résumé, il n’y a rien de franchement transcendant ni de vraiment surprenant ici, si ce n’est la présence de Deneuve et de quelques « baltringues » qui tentent de donner, du moins, d’apporter un certain code moral et un supplément d’âme à cette histoire âpre bien ancrée dans une réalité actuelle, plus proche du petit fait divers aussi sordide qu’improbable, que du polar à l’américaine et de la grande confrontation entre 2 mondes que tout oppose....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique