en 
 
 
cinema

 
 

- Salon du Livre Paris 2018 : 38ème édition (jusqu’au 19 mars)

le  16/03/2018  



Les lettres russes à l’honneur du Salon du livre Paris 2018

Du 16 au 19 mars prochain, LIVRE PARIS recevra une délégation de 30 auteurs, reflets de la diversité et du dynamisme de la création littéraire contemporaine de la Russie : des auteurs reconnus internationalement, mais également de nouveaux talents, émergents et prometteurs.

Voici la liste des 19 premiers auteurs invités : NARINAI ABGARYAN / IOURI BOUÏDA / SERGUEÏ CHARGOUNOV / VLADIMIR CHAROV / DMITRI DANILOV / MARIA GALINA / VASSILI GOLOVANOV / ANDREÏ GUELASSIMOV / GOUZEL IAKHINA / ALEXEÏ IVANO / VADIM LEVENTAL / VICTOR REMIZOV / ROMAN SENTCHINE / OLGA SLAVNIKOVA / ALEXANDRE SNEGUIREV / MARINA STEPNOVA / YANA VAGNER / ALEXEÏ VARLAMOV / EVGUENI VODOLAZKINE.

-Nouveau réalisme, grotesque, quêtes géopoétiques, visions eschatologiques, dystopies, satires… malgré les crises traversées par la Russie et son histoire – ou peut-être grâce à elles – la littérature russe se retrouve telle qu’en elle-même.
Dans un dialogue constant avec le monde et ses littératures, s’imprégnant d’influences étrangères pour les remodeler à sa guise, elle fait la preuve de sa vitalité et de son inventivité.
La littérature russe contemporaine polémique aussi avec ses grands modèles du XIXe siècle, les Pouchkine, les Gogol, les Tourgueniev, les Dostoïevski et bien d’autres – qui, déjà, polémiquaient entre eux. À l’instar de nombreux écrivains du XXe siècle, elle met à profit la plasticité de la langue russe pour en tirer le maximum. Aujourd’hui comme hier, deux mots s’imposent pour définir la littérature russe : « ruptures » et « continuité ». - Anne Coldefy-Faucard (Experte Livre Paris en Littérature Russe)

-Les liens historiques, culturels et littéraires entre la France et la Russie sont privilégiés, uniques même. Nos littératures, et au-delà nos cultures, s’écoutent et se répondent. L’édition 2018 du Salon Livre Paris célébrera ce dialogue intense entre les lettres de nos deux pays. - Vincent Montagne (Président du SNE).
-La littérature russe de ces dernières années est devenue nettement plus métaphysique. Elle redevient cette littérature à laquelle le monde entier est habitué, celle de Tolstoï, Dostoïevski, Tchekhov. Si vous voulez connaître la Russie plus en profondeur, lisez sa littérature. - Evguéni Vodolazkine (écrivain).

-Liste préliminaire des auteurs invités :
*NARINAI ABGARYAN est une romancière d’origine arménienne. Elle vit à Moscou depuis 1993, mais sa terre natale exerce une profonde influence sur son œuvre littéraire. Son roman autobiographique Maniounia (Astrel, Saint-Pétersbourg, 2010- 2012) la révèle aux lecteurs russes. Il est suivi de sept autres, dont deux ont été traduits en français : Dans mon cœur à jamais (Astrel, Saint- Pétersbourg, 2014), Et du ciel tombèrent trois pommes (Astrel, Saint-Pétersbourg, 2015). - Chez : Macha Publishing

*SERGUEÏ CHARGOUNOV est écrivain, journaliste, député à la Douma depuis 2016. Fils de prêtre orthodoxe, il a onze ans quand disparaît l’URSS. Très jeune, il s’engage en politique, proche du parti contestataire d’Edward Limonov. Il reste aujourd’hui dans la même ligne et dirige avec Zakhar Prilepine le journal en ligne La presse libre. Après un premier échec à la députation, il voyage à travers la Russie, notamment dans le Caucase. De cette quête résulte un livre, Livre sans photographies (Alpina non fiction, 2011). Un autre de ses livres, 1993 (AST, 2013), dans lequel il étudie le caractère cyclique de l’histoire russe à travers une famille moscovite, est également publié en français. - Chez : La Différence – Louison éditions

*IOURI BOUÏDA est né dans la région de Kaliningrad, « esclave » russe au cœur de l’Allemagne. Il est bien connu des lecteurs français. Nombre de ses romans et recueils de nouvelles ont été traduits. Certains sont parus en français avant d’être publiés en russe : Le Train zéro (Дон Домино, 1994 à l’étranger, Eksmo, 2017) ; Yermo (2002 ; première publication en Russie, Eksmo 2013, avec la mention : « Découverte des éditions Gallimard ») ; Potemkine ou le Troisième Coeur (revue Znamia, 2008) ; La Mouette au sang bleu (revue Znamia, 2011) ; La Fiancée prussienne et autres nouvelles (revue Znamia, 2011) ; Épître à madame ma main gauche et autres histoires (Eksmo, 2014). - Chez : Gallimard – Interférences

*VLADIMIR CHAROV est docteur en histoire, essayiste, romancier. Il explore dans ses romans les profondeurs géographiques, sociales, religieuses et historiques de la Russie depuis le XVIIe siècle. Ses personnages ont, de la révolution russe, une vision eschatologique que l’auteur, bien que généralement enclin à la dérision, considère sans véritable ironie. Vladimir Charov est lauréat des prix Bolchaïa kniga et Booker. Il a été traduit dans de nombreuses langues. Outre l’écriture, il fait régulièrement des conférences sur l’histoire, la littérature et la culture russes dans les plus grandes universités occidentales. On trouvera en français Les répétitions (première édition 1992, dernière édition AST), Avant et pendant (première édition 1993, dernière édition AST), La vieille petite fille (première édition 1998, dernière édition AST), Soyez comme les enfants (première édition 2008, dernière édition AST). - Chez : Phébus – Actes Sud – L’esprit des péninsules – Louison éditions

*DMITRI DANILOV est écrivain et journaliste. Il s’attaque avec un humour décapant aux banalités du quotidien, si familières qu’on ne les remarque plus. Son ironie jubilatoire trouve ses cibles à Moscou comme dans n’importe quelle autre ville du monde ou encore dans une mystérieuse ville de N. (voir son roman Description d’une ville – Astrel, 2012). Il n’y a encore aucune traduction française des romans de Dmitri Danilov. Son Il y a plus important que le foot (Ripol-Klassik, 2015) est traduit en italien.

*ANDREÏ GUELASSIMOV, scénariste, romancier, est originaire d’Irkoutsk. Après des études littéraires, il suit des cours de mise en scène à l’Institut d’études théâtrales de Moscou. Il enseigne à l’université de Iakoutsk, au département de littérature anglaise (il a soutenu une thèse sur Oscar Wilde), avant de se consacrer à l’écriture. Il est lauréat de nombreux prix en Russie et à l’étranger. Nombre de ses romans sont traduits en français : Fox Mulder a une tête de cochon (OGI, 2001), La Soif (revue Oktiabr, 2002), Rachel (revue Oktiabr, 2003), L’Année du mensonge (OGI, 2003, Prix Russophonie 2008 pour la version française), Les Dieux de la steppe (Eksmo, 2008). - Chez : Actes Sud

*MARIA GALINA est un auteur de fiction et de science-fiction. Elle est aussi poète, critique littéraire et traductrice d’auteurs américains. La qualité et la diversité de son œuvre lui ont valu d’être lauréate de plusieurs prix importants. Née à Kalinine/Tver, elle a passé son enfance et sa jeunesse en Ukraine, étudié la biologie marine à l’université d’Odessa, puis participé à des expéditions consacrées aux problèmes environnementaux. En 1995, elle renonce à la biologie pour l’écriture. Elle vit à Moscou depuis 1987. L’Organisation (Малая Глуша, Eksmo, 2009) est le premier de ses romans traduit en français. - Chez : Agullo

*GOUZEL IAKHINA est née à Kazan (Tatarstan). Après des études d’anglais et d’allemand, elle se spécialise dans le cinéma et l’écriture de scénarios. Son roman Zouleikha ouvre les yeux (AST, 2015), qui évoque la dékoulakisation stalinienne au Tatarstan, reçoit un accueil triomphal en Russie. En France, la critique est plus qu’élogieuse et la version française du roman est nommée pour le prix Médicis étranger 2017. Gouzel Iakhina vit aujourd’hui à Moscou. - Chez : Noir sur Blanc

*VASSILI GOLOVANOV, après des études de journalisme à Moscou, travaille pour les journaux, revues et magazines les plus importants de la capitale. Il publie une biographie de l’anarchiste Nestor Makhno (Molodaïa gvardia, 2008). Ses essais et récits lui valent d’être lauréat des prix décernés par les revues Novy mir et Droujba Narodov. Il se voit également décerner le prix « Iasnaïa Poliana – XXIe siècle ». Les livres de Vassili Golovanov sont inclassables, oscillant entre le journal intime, le carnet de voyage, la géopétique, le mythe, la fable. Les meilleurs exemples en sont sans doute Éloge des voyages insensés (Ostrov, Vagrius, 2002) et Espace et labyrinthes (NLO, 2008). La version française du premier a été plusieurs fois primée en France. - Chez : Verdier

*ALEXEÏ IVANOV est né à Gorki (aujourd’hui Nijni-Novgorod). Sa famille s’installe bientôt à Perm et c’est dans l’Oural qu’il grandit et fait ses études. En 1990 Alexeï Ivanov débute en littérature. Il est lauréat de nombreux prix régionaux et nationaux. Deux de ses romans se situent dans une ville qui rappelle à bien des égards Ekaterinbourg (Sverdlovsk, au temps de l’URSS). Les livres d’Alexeï Ivanov sont noirs – rien, aucun travers humain, social ou politique n’échappe à leur auteur – mais si proches de la réalité qu’ils se confondent avec elle. Le géographe a bu son globe (Vagrius, 1997, AST, 2014) a été porté à l’écran. Le film éponyme a été primé au Festival du film russe d’Honfleur en 2013. - Chez : Fayard

*VADIM LEVENTAL, auteur de fictions, est originaire de Leningrad/Saint-Pétersbourg. Après avoir beaucoup voyagé et fait toutes sortes de « petits boulots », il est aujourd’hui rédacteur pour la maison d’éditions Limbus Press. Il remplit en outre les fonctions de secrétaire général du prix Natsionalny Bestseller. Masha Regina, son premier roman (Lenizdat, 2014), a été qualifié par le Guardian de « roman d’apprentissage postmoderne ». - Chez : Éditions de l’Aube

*OLGA SLAVNIKOVA est née à Sverdlovsk (aujourd’hui Ekaterinbourg). D’abord journaliste, elle se consacre ensuite entièrement à la littérature. Ses romans lui valent des prix prestigieux tant en Russie qu’à l’étranger, dont le Booker russe en 2006 pour 2017 (Vagrius, 2006), et sont traduits dans de nombreuses langues. Outre 2017, on trouvera en français : L’immortel (Vagrius, 2001), La tête légère (AST, Harvest, Astrel, 2011). Le recueil L’amour dans le wagon 7 (AST, Astrel, 2008) est en cours de traduction. Olga Slavnikova mêle magistralement fantastique, mythe, fresque historique, tragi-comique, et se joue des archétypes. - Chez : Gallimard – Mirobole

*VICTOR REMIZOV, né à Saratov, publie des nouvelles, puis des romans, Volia Volnaïa (AST, 2014) et La Tentation (Arsis-Books, 2016). Auparavant, après des études de géologie, il se tourne vers les langues étrangères. Il travaille d’abord comme géomètre dans la taïga, puis comme journaliste et enseignant de littérature russe. Ses premiers romans sont très remarqués et lui valent d’être nommé à de prestigieux prix en Russie. - Chez : Belfond

*ALEXANDRE SNEGUIREV est né à Moscou. Après des études d’architecture qu’il abandonne assez vite, il voyage de par le monde, exerçant tous les métiers. Son premier roman paru en français, Je ris parce que je t’aime (Нефтяная Венера, aujourd’hui édité par Eksmo) inspiré de sa propre vie, lui a valu cette critique du Figaro littéraire : « Un premier roman à l’intrigue et au titre merveilleux ». L’écrivain a été nommé à de nombreux prix littéraires, dont le prestigieux Booker Prize 2015 pour son roman Vera (Eksmo). - Chez : Éditions de l’Aube

*ROMAN SENTCHINE, romancier, critique littéraire, est né et a grandi en Sibérie. Ses récits du quotidien et des difficultés de toutes sortes auxquelles se heurtent des gens simples lui valent d’être considéré comme l’un des maîtres du “Nouveau Réalisme” dans la littérature russe. Ses romans Les Eltychev (Eksmo, 2009) et La Zone d’inondation (AST, 2015) ont figuré sur les listes des plus grands prix littéraires en Russie. - Chez : Noir sur Blanc

*MARINA STEPNOVA est nouvelliste et romancière, poète et traductrice. Née dans la région de Toula, elle a grandi à Moscou où elle vit encore aujourd’hui. Le Big Book Prize a été attribué à son roman Les Femmes de Lazare (AST, 2011), également nommé pour plusieurs autres prix, dont le Russian Booker Prize. Leçons d’Italie (Безбожный переулок, AST, 2014) est son second roman traduit en français. - Chez : Éditions Les Escales.

*ALEXEÏ VARLAMOV est un auteur de nouvelles et de romans : Alexandre ou la vie éclatée (Лох, Molodaïa gvardia, 2002), L’Esprit du loup (AST, 2015). Il est également connu pour ses biographies de grands écrivains, tels que Mikhaïl Boulgakov (Molodaïa gvardia, 2012). Les prix dont il a été lauréat sont presque aussi nombreux que ses œuvres. Moscovite, Alexeï Varlamov est chercheur en histoire de la littérature. Depuis 2011, il est rédacteur en chef de la revue Études littéraires. - Chez : Éditions du Rocher-Motifs – Louison

*YANA VAGNER est romancière. Moscovite, bilingue dès l’enfance (sa mère est tchèque), elle travaille comme interprète, animatrice de radio, puis s’occupe de logistique, ce qui lui permet de voyager, notamment en Afrique. Son premier roman, Vongozero (Eksmo, 2011) est finaliste du Grand Prix des Lectrices de Elle en 2015. En 2016, la suite de Vongozero, Le Lac, également très remarquée en France, est finaliste du Prix des Nouvelles Voix du Polar Pocket. L’Hôtel (AST, 2017) est son troisième roman publié en français. - Chez : Mirobole – Pocket

*EVGUENI VODOLAZKINE, né à Kiev, est médiéviste, chercheur à l’Académie des sciences de Russie. Ses premiers romans lui valent une reconnaissance immédiate. Son roman Les quatre vies d’Arséni (Лавр, AST, 2013) entraîne le lecteur dans la Russie du Moyen Âge. Son roman L’aviateur (AST, 2016), qui évoque les Solovki, paraîtra prochainement en français. Evgueni Vodolazkine vit aujourd’hui à Saint-Pétersbourg. - Chez : Fayard – Éditions des Syrtes



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique