en 
 
 
cinema
Théâtre nouveautés festival   > actu <

 
 

- Théâtre des Salins : programmation de décembre 2019 à avril 2020 (jusqu’au 3 avril 2020)

le  30/11/2019   au théâtre des Salins, 19 quai Paul Doumer 13500 Martigues

Mise en scène de Dhafer Youssef, Buster Keaton, Joachim Olaya, Catherine Marnas, Amala Dianor... avec Dhafer Youssef, Buster Keaton, Joachim Olaya, Catherine Marnas, Amala Dianor, Béatrice Dalle et Joey Starr... écrit par Dhafer Youssef, Buster Keaton, Joachim Olaya, Catherine Marnas, Amala Dianor...




-SAM 30 NOVEMBRE 19h - JAZZ : DHAFER YOUSSEF, SOUNDS OF MIRRORS - GRANDE SALLE - TARIFS 15 A 30€ - DUREE 1h30

Du jazz contemporain aux sonorités traditionnelles, des raggas indiens à la musique soufi, le chanteur et virtuose du oud Dhafer Youssef ouvre des portes entre les univers musicaux.

Enfant, Dhafer Youssef rêvait de parcourir le monde avec un oud. Le moins que l’on puisse dire, c’est que son souhait a été exaucé. Neuf albums plus tard, le musicien voyageur a contribué à introduire le oud dans le jazz et à populariser son instrument fétiche. Sa voix envoûtante, teintée de culture soufie, et sa musicalité aux influences indiennes nous emmènent sur des terres inconnues, dans une douce rêverie. Sounds of mirrors faisant référence à l’ambiance de fraternité qui a régné durant l’enregistrement, gageons que nous ressortirons du concert le cœur léger et le sourire aux lèvres !

Lien vidéo: https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=t9-mj6NLDMU&feature=emb_logo

-VEN 6 DECEMBRE 19h - CINE CONCERT : STEAMBOAT BILL, JR., FILM BUSTER KEATON
MUSIQUE BL!NDMAN - GRANDE SALLE - TARIFS 8 A 12€ - DUREE 1h10

Steamboat Bill, Jr. est le dernier film muet tourné par Buster Keaton en toute indépendance. La mise en scène d’une précision exemplaire a inspiré le quatuor BL!NDMAN qui le colore d’une bande sonore tourbillonnante en combinant le langage-saxophone avec un impressionnant bruitage spatialisé.

Né sous l’impulsion du compositeur-saxophoniste Eric Sleichim, le quatuor BL!NDMAN, n’a de cesse, depuis sa création, de développer de nouvelles techniques de jeu. Il élargit le répertoire dans une exploration constante des frontières avec les autres disciplines. Sollicité par l’univers du théâtre et de la danse (Jan Fabre, Anne Teresa De Keersmaeker, Heiner Goebbels, Ivo Van Hove), Eric Sleichim écrit également les musiques originales pour l’accompa- gnement en direct de films muets, dont le célèbre Steamboat Bill, Jr. de Buster Keaton. À découvrir sur grand écran !

Film muet de Buster Keaton Steamboat Bill Jr.de 1928 // direction artistique et arrangements Eric Sleichim - musiciens : Koen Maas saxophone soprano, Pieter Pellens saxophone alto, Piet Rebel saxophone ténor, Raf Minten saxophone baryton - production Stéfanie Dobbelaere - ingénieur du son Karel Marynissen
production BL!NDMAN ; création BL!NDMAN saxophone quartet en 1996 - coproduction Kunstencentrum Vooruit // avec le soutien du Koninklijk Filmarchief à Bruxelles.

Lien extrait du film: https://www.youtube.com/watch?v=Mb3a3pM27ts

-MAR 10 DECEMBRE 20h30 - DANSE MUSIQUE : MA MÈRE L’OYE de MAURICE RAVEL, MARION LEVY - CIE DIDASCALIE, ORCHESTRE DE CANNES PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR - GRANDE SALLE - TARIFS 8 A 12€ - DUREE 1h

Il était une fois une rencontre entre l’orchestre de Cannes et la chorégraphe Marion Levy. Il était une fois Ma Mère l’Oye, un concert classique qui douce- ment glisse vers l’onirisme et le surréalisme. Il était une fois des danseurs cachés parmi les instrumentistes et un orchestre qui se met à danser...

Marion Lévy, tout en légèreté et humour, se saisit des contes pour leur tordre le cou. Et si la Belle au bois dormant refusait de se réveiller ? Et si le Petit Poucet ne voulait plus rentrer chez lui ? Et si le chef d’orchestre perdait toute autorité ? Et si les dérèglements et les peurs étaient des épreuves libératrices ? Avec audace et malice, la chorégraphe transforme la partition en terrain de jeu pour musiciens et danseurs. L’orchestre se met en mouvement, des danseurs s’immiscent parmi les instrumentistes…
On entend alors la musique d’une manière totalement inattendue, tout en respectant fiévreusement l’esprit et la naïveté de Maurice Ravel qui nous livre avec ce Ma Mère L’Oye une musique d’une finesse d’orchestration et d’une pureté mélodique remarquables.

Direction Benjamin Lévy – mise en scène Marion Lévy en collaboration avec Joachim Olaya - textes et dramaturgie Mariette Navarro - assistant à la mise en scène Damien Dutrait - scénographie lumineuse Collectif Scale - costumes Hanna Sjödin - production et diffusion Triptyque Production / Andréa Petit-Friedrich - avec Marion Lévy, Natacha Kierbel & les musiciens de l’Orchestre de Cannes - Provence Alpes Côte d’Azur & les élèves-danseurs du Pôle National Supérieur de Danse Rosella Hightower production Compagnie Didascalie - coproductions Orchestre de Cannes Provence- Alpes-Côte-d’Azur, Théâtre de Grasse, scène conventionnée d’intérêt national Art et Création / Danse et Cirque Festival de danse de Cannes - avec le soutien de Groupe Boucau, King’s Fountain, Ville de Cannes

-MAR 28 JANVIER 19h - THEATRE : 7 D’UN COUP, INSPIRÉ DES FRÈRES GRIMM, TEXTE & MISE EN SCÈNE CATHERINE MARNAS / TNBA - GRANDE SALLE - TARIFS 8 A 12€ - DUREE 1h

Catherine Marnas revient aux Salins avec grand bonheur pour présenter son dernier spectacle jeune public, librement inspiré du conte Le vaillant petit tailleur des Frères Grimm. Comme à son habitude, elle crée avec cette adaptation un monde merveilleux porteur de sens, de sensations fortes et d’espoir !

Avec beaucoup de délicatesse et de finesse, Catherine Marnas s’empare d’un sujet sensible, le harcèlement scolaire. Avec l’histoire d’Olivier, jeune garçon victime de moqueries répétitives, elle plonge dans les douleurs de l’enfance, dénonce les petites vilenies qui blessent pour mieux donner les clés d’un vivre-ensemble apaisé et serein. De victime, Olivier se déclare héros après avoir écrasé sept mouches d’un coup ! Sa vie bascule, l’histoire s’engage alors sur les sentiers de l’imaginaire où s’enchaînent des défis qu’il relève avec malice. Forêt, géant, roi, sorcières, fille du roi, fée ; tous deviennent les complices de son avènement !

« C’est une victoire des mots, du langage sur la force, qui transparaît ici joyeusement, dans une alliance parfaite d’effets scéniques et de jeu. »
Françoise Sabatier-Morel, Télérama

Texte et mise en scène Catherine Marnas - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine assistante à la mise en scène Annabelle Garcia - scénographie Carlos Calvo - son Madame Miniature assistée de Jean-Christophe Chiron - lumières Michel Theuil assisté de Clarisse Bernez Cambot Labarta - conception & réalisation des costumes Édith Traverso assistée de Kam Derbali - construction décor Nicolas Brun & Maxime Vasselin - avec Julien Duval, Carlos Martins, Olivier Pauls & Bénédicte Simon production Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine

Lien extrait vidéo https://vimeo.com/278643502

-VEN 21 JANVIER 19H - DANSE : THE FALLING STARDUST, CHORÉGRAPHIE AMALA DIANOR - GRANDE SALLE - TARIFS 8 A 18€ - DUREE 1h

Danseur hip-hop puis contemporain, Amala Dianor travaille pour des chorégraphes aux univers différents. Au fil des années, il construit son écriture, glisse d’une technique à l’autre, mais c’est le croisement de ces mondes qui l’attire. The Falling Stardust c’est la rencontre du classique et du hip-hop. Des entrechats qui s’entrechoquent !

« Le fil rouge de mon travail de création repose essentiellement sur la manière de détourner une technique de danse. J’aime le parti pris d’une proposition liée à une famille au courant très clair que j’oriente vers une direction tout autre où les codes et les esthétiques se mêlent. Mais au-delà de la danse, ce qui m’importe le plus sont les personnalités singulières, interprètes du mouvement qui expriment leur individualité sur scène. Je souhaite donc inviter des danseurs/ses virtuoses dans les danses classiques, et contemporaines pour se risquer ensemble vers des galaxies méconnues de nos arts. Je modèlerai une gestuelle épurée de la danse classique et me concentrerai uniquement sur la technique brute à l’instar de l’exigence et la rigueur nécessaires à la pratique de la street dance. » Amala Dianor

avec Mourad Bouayad, Lucie Dubois, Baptiste Lenoir, Charlotte Louvel, Sandra Mercky, Keyla Ramos, Yukie Spruijt, Jeanne Stuart, Elena Thomas - scénographie Clément Debras - lumières Xavier Lazarini - musique Awir Léon - régie générale Nicolas Tallec - assistanat chorégraphique Rindra Rasoaveloson coproduction Théâtre de la Ville - Paris, La Villette, POLE-SUD CDCN Strasbourg, CNDC d’Angers, CCN Nantes, Maison de la danse de Lyon, Festival Montpellier danse 19, Viadanse-CCNBFC de Belfort, scène conventionnée Scènes de pays dans les Mauges, Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig direction Mourad Merzouki dans le cadre de l’Accueil Studio, l’Espace 1789 de Saint-Ouen, scène conventionnée pour la danse, CCM de Limoges scène conventionnée danse, L’Onde théâtre centre d’art // avec le soutien de la Ville d’Angers, de la Région Pays de la Loire et de la Caisse des dépôts et consignations // la compagnie Amala Dianor est conventionnée par la DRAC Pays de la Loire, associée à la Maison de la danse de Lyon / Pôle européen de création pour la saison 19/20

Lien extrait vidéo https://www.youtube.com/watch?v=R9J1Nk3hqRQ

-JEU 6, VEN 7 FEVRIER 20H30 - THEATRE et SAM 8 FEVRIER 19H : Béatrice Dalle, JoeyStarr, dans ELEPHANT MAN de BERNARD POMERANCE, MISE EN SCÈNE DAVID BOBÉE - GRANDE SALLE - TARIFS 15 A 30€ - DUREE 2h30

Apres Lucrèce Borgia en 2015 et Peer Gynt en 2018, David Bobée est de retour aux Salins. Il adapte et met en scène Elephant Man, la pièce mythique de Bernard Pomerance, avec dans les rôles principaux un incroyable duo : JoeyStarr et Béatrice Dalle.

Écrite en 1977, The Elephant Man est la pièce la plus célèbre de Bernard Pomerance. Entré au répertoire des Théâtres nationaux britanniques, cet énorme succès est joué plusieurs années à Broadway. Il y reçoit un Tony Award en 1979, et en 1980 David Bowie en sera l’interprète principal. C’est aussi un film de David Lynch sorti la même année. Dans la version de David Bobée, JoeyStarr incarne Elephant Man aux côtés de Béatrice Dalle. La morale de cette fable pourrait se résumer ainsi : le monstre n’est jamais celui que l’on croit. La gueule cassée et sublime de JoeyStarr devient, le temps d’une soirée, le visage de notre rapport à la différence. On en tire une véritable leçon de tolérance.

avec JoeyStarr, John Merrick - Béatrice Dalle, Madame Madge Kendal (distribution en cours) - conception lumière Stéphane Babi Aubert - conception vidéo Wojtek Doroszuk - conception sonore Jean-Noël Françoise - directeur technique Thierry Kana Dumont - scénographie Aurélie Lemaignen et David Bobée -assistante à la mise en scène Sophie Colleu production Be My Productions - coproduction CDN deNormandie-Rouen

Lien extrait vidéo https://www.youtube.com/watch?v=8ji14vq6teg

-MAR 11 FEVRIER 20H30 - MUSIQUE : AL ATLAL, CHANT POUR MA MÈRE, UN PROJET DE NORAH KRIEF/ OUM KALSOUM - GRANDE SALLE - TARIFS 8 A 18€ - DUREE 1h

Al Atlal (les ruines), écrit par Ibrahim Nagi, est peut-être l’un des plus beaux textes de la littérature arabe. Dans son interprétation en 1960, la diva égyptienne Oum Kalsoum envoûte son auditoire en transmettant sa joie à chanter la nostalgie.

C’est en tant que comédienne, mais aussi parfois en tant que chanteuse, que nous avons reçue Norah Krief aux Salins. Avec Al Atlal, elle puise à la source de ses souvenirs de famille pour chanter. Enfant, dans sa vie en banlieue parisienne, elle refusait la langue de ses parents tunisiens, gutturale et étrangère. Elle renoue aujourd’hui avec cette culture. En chantant en arabe, elle fait revivre le temps de sa mère. La préparation du café, les chants qui s’échappaient du tourne-disque. Chanter Al Atlal, c’est chanter le pays perdu, le besoin et le plaisir de faire resurgir le passé. Norah Krief nous délivre un spectacle intime et fascinant.

Cie Sonnets Norah Krief - Frédéric Fresson - un projet de Norah Krief d’après le poème d’Ibrahim Nagi chanté par Oum Kalsoum sur une musique de Riad Al Sunbati en 1966 - avec Norah Krief, Frédéric Fresson, Lucien Zerrad, Mohanad Aljaramani - écriture et dramaturgie Norah Krief, Frédéric Fresson - création musicale Frédéric Fresson, Lucien Zerrad, Mohanad Aljaramani - collaboration artistique Charlotte Farcet - traduction Khaled Osman - mise en scène Éric Lacascade - création lumière Jean-Jacques Beaudouin - scénographie et costumes Magali Murbach - création son Olivier Gascoin avec Yohann Gabillard - collaboration live & machines Dume Poutet aka (Otisto 23) - coaching chant oriental Dorsaf Hamdani - régie générale Gilbert Morel - remerciements à Wajdi Mouawad, Christine Angot, Marie Descourtieux, directrice des actions culturelles de l’Institut du Monde Arabe - production La Comédie de Valence, CDN Drôme-Ardèche, Compagnie Sonnets coproduction Comédie de Béthune – Centre dramatique Hauts-de-France ; Compagnie Lacascade avec le soutien de la DRAC Île de France ; de La Colline – théâtre national ; de l’Institut Français Royaume-Uni spectacle créé en mai 2017 au Festival Passages à Metz et au Festival Ambivalence(s), Valence production La Comédie de Valence CDN Drôme-Ardèche ; Compagnie Sonnets // coproduction Comédie de Béthune, CDN // avec le soutien.

Lien extrait vidéo https://www.youtube.com/watch?v=inPw52fGdLA

-VEN 14 FEVRIER 20H30 - THEATRE : FIRST TRIP d’APRÈS VIRGIN SUICIDES de J. EUGENIDES
MISE EN SCÈNE KATIA FERREIRA / LE 5EME QUART - GRANDE SALLE - TARIFS 8 A 18€ - DUREE 2h55

First Trip est l’adaptation de Virgin Suicides, le roman de Jeffrey Eugenides, porté à l’écran par Sofia Coppola en 1999, qui dépeint avec sensibilité l’adolescence. Jeune et talentueuse metteuse en scène, Katia Ferreira est également comédienne. Elle jouait dans Nobody de Cyril Teste, que vous avez pu voir aux Salins en 2016.

Milieu des années 1970, dans la banlieue tranquille de Détroit, cinq adolescentes se donnent la mort. La sidération est totale. Rien dans l’apparente normalité de la famille Lisbon ne laissait présager le suicide de ces soeurs. Vingt ans après, leurs jeunes voisins, devenus pères de famille, n’ont rien oublié de ce drame dont l’énigme reste entière. Ils rouvrent l’enquête et tentent de donner un sens aux faits, aux témoignages et à toutes les pièces à conviction collectés au fil du temps. Comme dans le roman, Katia Ferreira choisit de raconter l’histoire des filles Lisbon du point de vue de ce groupe de garçons. Aux confins de l’enquête et de leur mémoire, ils recomposent le souvenir de ces figures fascinantes et fantasmées, qu’ils ont aimées adolescents, et qui ne cessent de les hanter.

traduction Marc Cholodenko - adaptation Katia Ferreira et Charly Breton - mise en scène Katia Ferreira - collaboration artistique Charly Breton, Mathias Labelle et Charles-Henri Wolff - dramaturgie Charly Breton - avec Laurie Barthélémy, Evelyne Didi, Florent Dupuis, Frédérique Dufour, Dag Jeanneret, Mathias Labelle, Laureline Le Bris-Cep, Margot Madec, Lou Martin-Fernet, Audrey Montpied, Valentin Rolland, Sylvère Santin, Vincent Steinebach, Charles-Henri Wolff - réalisation vidéo Christophe Gaultier - musique originale Florent Dupuis - régie générale et plateau Muriel Valat - création lumière Mathilde Chamoux - régie vidéo Marine Cerles - régie son Hans Kunze - scénographie Katia Ferreira - costumes Katia Ferreira assistée de l’Atelier costumes de la MC2: Grenoble - construction du décor Ateliers MC2 Grenoble - administration, production Le 5ème quart Coline Dervieux - avec la participation des élèves de lycées de Martigues. un spectacle du 5ème quart Production MC2: Grenoble - coproduction MC2: Grenoble, Le 5ème quart, Printemps des comédiens, Théâtre de l’Archipel - Scène nationale de Perpignan, Théâtre de la Cité – Centre dramatique national Toulouse Occitanie Résidence Les 13 vents – CDN Montpellier, Les studios de Virecourt // le spectacle est soutenu par La Maison Louis Jouvet / ENSAD (École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier Languedoc-Roussillon) ; le dispositif d’insertion de l’ÉCOLE DU NORD, Le CENTQUATREPARIS // avec le soutien de La Spedidam // avec le soutien financier de la Direction régionale des affaires culturelles Occitanie / avec le soutien et l’accompagnement du Collectif MxM, tout particulièrement, Cyril Teste, Julien Boizard et Anaïs Cartier.

-MAR 17 MARS 20H30 - MUSIQUE : BLEUE avec KEREN ANN - GRANDE SALLE - TARIFS 8 A 18€ - DUREE 1h30

« Dans Bleue, on retrouve tout ce que l’on a toujours aimé chez Keren Ann. Une voix qui s’étire comme un chat au soleil, des mélodies qui s’enroulent autour, et un son dense, sensuel » Grazia

Auteure, compositrice et interprète, Keren Ann est une artiste de rencontres aussi éclectiques qu’internationales : David Byrne, Iggy Pop, Luz Casal, Rosa Pasos, Anna Calvi, Jane Birkin, Henri Salvador ou Françoise Hardy ont chanté ou repris ses chansons. En parallèle de ses albums et nombreuses tournées, elle travaille sur des bandes originales pour le cinéma, La femme la plus assassinée du monde de Franck Ribière entre autres, mais aussi pour le théâtre ou la danse contemporaine avec les chorégraphes Sharon Eyal ou Damien Jalet.
La mélancolie, compagne de route de Keren Ann et du folk, domine dans Bleue, son huitième album solo, où l’artiste raconte l’éphémère. Comment l’amour, l’attachement, aussi immense soit-il, se délite et se saborde.

Lien extrait vidéo https://www.youtube.com/watch time_continue=1&v=7OgqjiP4RU0&feature=emb_logo

-VEN 3 AVRIL 20H30 - JAZZ : SUPERSONIC & FRIENDS FROM CONGO avec THOMAS DE POURQUERY
- GRANDE SALLE - TARIFS 15 A 30€ - DUREE 1h30

Artiste de l’année, victoire du jazz 2017, jazzman de formation, Thomas de Pourquery voyage beaucoup… y compris musicalement. Multipliant les collaborations, il a prêté sa voix et son saxophone à de nombreux artistes dont Jeanne Added ou Metronomy.

Nous sommes bien dans ce mouvement de jazz qui déferle d’une énergie débordante, porté par l’optimisme, la quête de partage et faisant feu de tout bois. Jazz, pop, rock, rap… Tout nourrit la musique de Thomas de Pourquery, comme cette pulsation profonde, venue des origines, venue d’Afrique. Ce concert, toute nouvelle création, est le résultat d’un voyage et de rencontres enthousiasmantes avec des artistes de Pointe-Noire ou encore avec le danseur et chorégraphe DeLaVallet Bidiefono.
Thomas souhaite retisser un lien direct entre la musique produite aujourd’hui par des musiciens français et celle, plus que jamais florissante, de musiciens congolais. Cette rencontre nous guidera sans aucun doute à ce qui nous réunit, nous fait vibrer : la transe. Une preuve que nous sommes sur Terre pour nous rencontrer.

avec Thomas de Pourquery saxophones, voix - Arnaud Roulin piano, synthétiseurs - Fabrice Martinez trompette, bugle, coeurs - Laurent Bardainne saxophones, coeurs - Edward Perraud batterie, chant, électronique - Frederick Galiay basse, électronique - Fabe Beauriel Bambi percussion - Berlea Dieuveille Bilembolo chant - Mohamed Sylla percussion - Arnaud Pichard régisseur son une production DuNose productions.



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique