en 
 
 
cinema

 
 

Pour le meilleur et pour le dire (jusqu’au 17 février 2019)

le  01/10/2018   au Manufacture des Abbesses, 7 rue Véron 75018 Paris (du lundi au mercredi à 21h et dimanche à 20h et, à partir du 17/01, du jeudi au samedi à 21h et dimanche à 17h)

Mise en scène de David Basant avec Caroline Brésard, Roger Contebardo, Edouard Giard, Céline Perra et Tessa Volkine écrit par David Basant et Mélanie Reumaux




Est-il vrai que la qualité d’un spectacle se constate dès les cinq premières minutes de représentation ? Si la règle supporte parfois des exceptions, force est de constater qu’avec « Pour le meilleur et pour le dire », on est en confiance dès le début de la pièce. Et même si le début est banal - une dispute de couple autour de la venue ou non d’un enfant-, le charisme des comédiens est palpable et le texte emporte déjà l’adhésion : « je ne veux pas que ça se reproduise, je veux que l’on se reproduise » résume Audrey à Julien, compagnon de fraîche date.
Au fur et à mesure, les saynètes s’enchainent mettant en scène le couple que l’on a vu se disputer lors des premières minutes avec la copine un peu fantasque de Julien. L’intrigue se noue peu à peu autour du cabinet de Mouna, la psychanalyste, dans ce que l’on pourrait qualifier de vaudeville psy…Cette psy-là, elle est formidable : caricaturale mais pas trop avec son gimmick de fin de séance « on reste là-dessus », son enthousiasme et Sacha son fils très encombrant qui vient embrouiller puis désembrouiller une situation plutôt tendue entre les deux patients de sa mère.
C’est enlevé et souvent drôle. Et parce qu'il s'agit de mots recouvrant des maux, le texte de Mélanie Reumaux en joue, quitte à s'amuser des interprétations pseudo-psy de la thérapeute “ vous parlez d'un processus, or vous venez de divorcer, est-ce-que ce n'est pas ce procès qui vous suce ?”.Mais attention, pas d'excès : la pièce reste sobre et l'équilibre se fait naturellement entre les comédiens. On notera toutefois le véritable numéro de Tessa Volkine qui, sans tirer la pièce, pardon, la couverture à elle, campe une très convaincante psychanalyste. “Tout peut se dire et tout peut s'entendre “ conclut la thérapeute. A son image, on peut dire que “ pour le meilleur et pour le dire” peut être vue avec plaisir....

E.D



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique