en 
 
 
cinema

 
 

Les feux de l’amour et du hasard (jusqu’au 18 décembre)

le  15/10/2018   au Palace, 8 rue du faubourg Montmartre 75009 Paris (lundi et mardi à 20h30)

Mise en scène de Célia Pilastre et Crystal Shepherd-Cross avec Scotch Brit, Diana Laszlo, Moche Pitt, Philippe Risotto, Matthias Van Khache et Romain Vissol écrit par La Comédie Presque Française




Le jeu de mot du titre était facile, presque évident, tant le croissement de la célèbre comédie française de Marivaux, écrite en 3 actes et datant de 1730, avec l’ambiance sentimentalo/familiale sur fond de rivalités et de pouvoir, du fameux feuilleton télévisé américain actuel - qui est diffusé en France sans interruption depuis 1989 ! -, se marie parfaitement ! Pensez donc, transposer l’univers vaudevillesque et galant à la française du 18ème siècle dans celui ultra codifié et souligné à outrance du sitcom U.S. façon soap-opéra, était une idée pour le moins singulière et une manière astucieuse de dévier parodiquement tous les clichés et autres préjugés autour d’une telle série !
Mais au lieu de coller simplement et uniquement au plus proche du texte original de cette pièce incontournable à grands coups de jeux de mots, clins d’œil, gestuel, accents et expressions types sur fond de maîtresse, suivante, maître et chauffeur déguisés, ainsi que d’une musique au piano reprenant le générique des Feux de l’amour et d’une voix off respectant scrupuleusement l’atmosphère caricatural d’une pareille histoire, nous voilà carrément plongé dans le tournage même de l’un de ces épisodes « à n’en plus finir », où les prénoms changent – et les attitudes aussi ! - pour correspondre au maximum à ceux et celles employé(e)s aujourd’hui. Vous n’échapperez donc pas au décor kitsch, ni aux tenues vestimentaires clinquantes et encore moins aux réparties appuyés à donf. C’est exagéré au possible mais ça a le mérite de faire rire...des convenances !
Le principe du détournement n’est certes pas nouveau au théâtre (d’ailleurs, Le gros diamant du Prince Ludwig en est une preuve irréfutable, se jouant aussi dans le même théâtre mais à d’autres jours !), n’empêche qu’il fait mouche à chaque fois et le succès de celui précédemment cité le prouve fortement ! Donc, si l’envie de servir de téléspectateur devant cette adaptation de chassé croisé amoureux classique et décalé, comme si vous étiez assis devant un écran mais cette fois au théâtre, vous gagne, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Attention, silence sur le plateau, moteur, et (c'est parti dans le feu de l’)action....

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique