en 
 
 
cinema

 
 

Les Divalala dans C’est lalamour (jusqu'au 27 décembre)

le  04/10/2022   au Grand Point-Virgule, 8bis Rue de l'Arrivée 75015 Paris (les mardis à 19h30)

Mise en scène de Freddy Viau avec Angélique Fridblatt, Gabrielle Laurens et Marion Lépine écrit par et chanté par Angélique Fridblatt, Gabrielle Laurens et Marion Lépine




Il y a comme un parfum rétro très années 40/50, mâtiné kitsch genre Betty Boop, qui plane lorsqu’apparaissent les 3 Divala sur scène, rien qu’à voir leurs tenues soulignées, drôlement décorées, voire outrageusement « griffées », quelque peu délurées sur les bords, pour ne pas dire même « branchées ». Loin d’assister à un défilé de mode en bonne et due forme, cet accoutrement, auquel elles apportent une petite touche différente entre presque chaque chanson, n’est qu’un prétexte à donner un supplément aussi joyeux que fantaisiste au décor, certes sommaire mais lumineux mais surtout aux refrains qu’elles vont nous interpréter.
Ici, le principe ne change pas depuis leur tout 1er spectacle musical – et celui-ci est le 3ème - : reprendre à leur sauce, sous la forme d’un trio vocal, les airs cultes de tubes de la « grande » variété française en version a-capella. La thématique choisie cette fois est l’amour – d’où le titre faisant référence au film musical américain Lalaland - : plus d’une vingtaine de titres d’artistes incontournables (de Gilbert Montagné à Cora Vaucaire en passant par Johnny Hallyday, Mireille Mathieu et Soprano), qu’elles vont savamment revoir, triturer, « corriger » et dynamiter, afin d’en faire ressortir toute la subtilité sonore de chacun.
Pas de bande son ou alors très rarement, un ou deux instruments parfois présents (un ukulélé, un clavier synthé en bandoulière), et c’est parti pour 1h20 du style « Top 50 » avec toujours à l’esprit de jouer à fond la carte de la transposition mélodieuse tout en harmonie acoustique avec par exemple un medley d’extraits célèbres dans une suite d’onomatopées tirées de BO et de jingles pubs, une adaptation connectée 2.0 des Nuits d’une demoiselle de la sulfureuse Colette Renard, ou bien encore une reprise originale de Capri c’est fini. Et puis, cher spectateur, vous n’échapperez pas à un petit tour d’interactivité humoristique sur les planches avec ses 3 inimitables autant charmantes que turbulentes, prêtes à vous séduire et, pourquoi pas, à tenter de vous mettre le grappin dessus…

C.LB



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique