en 
 
 
cinema

 
 

Le roi Lion

le  08/09/2022   au théâtre Mogador, 25 rue de Mogador 75009 Paris (à 20h et dimanche à 15h – durée : 2h40 avec entracte)

Mise en scène de Julie Taymor avec Gwendal Marimoutou, Alexandre Faitrouni, Rodrigue Galio, Sébastien Perez, Olivier Breitman, Noah Ndema, Cylia... écrit par Roger Allers et Irène Mecchi


Le Roi Lion se jouera au théâtre Mogador pour une deuxième saison.
Le Roi Lion vient de passer le cap des 500.000 billets. Depuis le démarrage de la deuxième saison, le 8 septembre dernier, l’engouement croissant du public pour ce spectacle unique se mesure de jour en jour. Alors que se profile le premier anniversaire de sa reprise au théâtre Mogador à Paris – le 11 novembre – le spectacle confirme son succès planétaire.

*Le Roi Lion a remporté le TROPHÉE DE LA REPRISE aux Trophées de la comédie musicale 2022.


En 2007, le théâtre Mogador changeait de propriétaire et réouvrait ses portes sur un tout premier spectacle, une comédie musicale entièrement en français : Le roi lion, tiré du célèbre film d’animation des studios Walt Disney et joué à Mogador jusqu’en 2009. Et là, la claque, comme rarement on a pu ressentir un tel effet et une pareille émotion à la vue d’un divertissement de cette qualité. Que ce soit la mise en scène, les décors, les costumes, les chorégraphies et bien sûr la musique d'Elton John et de Hans Zimmer que l’on r(e)connaît bien (« Hakuna matata »), c’était un festival de créativité, d’imagination, de prouesses et, il faut bien le dire, de magie.
14 ans plus tard, rien n’a changé ou presque, si ce n’est les comédiens (sauf un), chanteurs et danseurs qui évoluent aujourd’hui devant nous : la magie opère toujours autant, comme par enchantement, avec son lot de tableaux époustouflants (le 1er déjà est vraiment à vous couper le souffle), d’idées de représentations de la savane/jungle africaine et de sa faune bigarrée (de quoi renvoyer aux oubliettes celles de bon nombre d’établissements de cette importance), de rythmes à profusion (les séquences s’enchaînent avec une frénésie à la fois contrôlée et parfaitement calculée), de créatures pittoresques et d’oiseaux extraordinaires (des visions aussi hallucinantes qu’hallucinées), ainsi que d’humour bien sentie (entre les allusions modernes du style Twitter, Gifi et Stromae, et les pitreries des hyènes, chacune aussi burlesque qu’un personnage de dessin animé).
Vous l’aurez vite compris, l’émerveillement et le dépaysement sont à nouveau au rendez-vous pour le plus grand plaisir d’un public entièrement conquis et cela dès les premières minutes (et ainsi pendant 2h20 de représentation sans temps mort), standing ovation générale oblige au final. Bref, c’est un safari haut en couleur à souhait, autant visuel que sonore d’ailleurs, que vous n’êtes pas près d’oublier ni de revoir de sitôt, le prix des places justifiant ô combien ce prodige théâtral plein d'humanité "animale" et méritant amplement le déplacement, assurément et définitivement.

C.LB

-Média day au théâtre Mogador le 11/11 :
Présentation de 4 extraits du Roi Lion – Prologue, la nativité ; Scar, Mufasa et Zazu ; L’adieu de Nala ; Il est vivant avec Simba et Rafiki) par Anthony Lyn, metteur en scène associé chez Disney Theatrical Productions, qui à pour mission de s’occuper de l’équipe Le Roi Lion à travers le monde en tant que responsable du montage des différents spectacles à travers le monde.
Après déjà 9.500 représentations à Broadway et plus de 110 millions de spectateurs dans le monde rien que pour cette comédie musicale depuis sa création, c’est un nouveau challenge pour le théâtre Mogador qui a enregistré 130.000 billets vendus avec un objectif de dépasser les 400.000 billets vendus fin juillet 2022. Le théâtre Mogador peut être fier d’avoir tenu ses engagements en seulement 10 semaines de préparations et de répétions, et d’avoir à nouveau le privilège de rejouer ce spectacle 13 ans plus tard.

*Véronique Bandelier (metteure en scène résidente) : « J’étais déjà là il y a 14 ans lors de la première adaptation parisienne du Roi Lion. Je m’occupe de toutes les étapes, que ce soit au niveau des comédiens ou à celui de l’adaptation, comme un relais artistique entre les différents corps de métier telle la créatrice du spectacle. J’ai notamment supervisé le casting des rôles de Simba et de Nala enfants ».

*Dominique Trotten (directeur musical) : « J’ai trouvé le sujet si fort (famille, jalousie, nature, haine) et tellement universel, ainsi que les musiques de Hans Zimmer si évocatrices et si puissantes, que je pouvais que me mettre au service de ce spectacle. Je remercie la production de m’avoir permis d’être accompagné de 10 musiciens, français et étrangers, qui jouent en live, autant dans la fosse qu’aux balcons. Il y a des règles très strictes à suivre et des impératifs musicaux imposés avec les gens de chez Disney : le Roi Lion est une marque au même titre que n’importe quelle autre production estampillée Walt Disney ».

*Sébastien Perez (Zazu) : « Je suis l’élément comique du spectacle. C’est un vrai challenge pour moi de diriger cette marionnette d’oiseau qui devient un personnage à part entière que j’apprends à connaître un peu plus chaque soir sur scène et devant lequel je m’efface un peu. En réalité, j’apprends à passer derrière la marionnette ».

*Olivier Breitman (Scar) et Noah Ndema (Mufasa) : « Nous sommes les 2 frères « ennemis », un gentil et un méchant (c’est ma 2ème participation après celle de 2007). Chacun d’entre nous a une mission et est construit de la sorte. Nous portons le même costume que celui créé en 2007 lors de la première adaptation française et c’est ainsi dans tous les pays où se joue cette comédie musicale. Sauf en France où il y a des petites adaptations techniques différentes ».



 
 
 
                                                      cinema - theatre - musique